Partage des tâches : ce qui marche vraiment !

Il y a quelques semaines, la marque Ariel m’a lancé un défi peu commun autour du partage des tâches, un sujet on ne peut plus actuel. Vous n’avez pas pu passer à côté : la marque est en effet très engagée depuis plusieurs années afin de lutter contre les stéréotypes de genre.

Ces chiffres issus d’une étude Ipsos font d’ailleurs limite peur :

Saviez-vous que 60 % des enfants pensent que c’est leur mère qui en fait le plus à la maison ? Que 40% des garçons pensent que, plus tard, c’est leur conjointe qui s’occupera de la lessive ? Et pire : que 85 % des enfants associent la lessive à leur mère.

Car au delà du partage des tâches, le problème réside surtout dans les messages transmis à nos enfants. En effet, un enfant associera toujours une tâche à la personne qui la fait devant lui. Et si vous avez un enfant en bas âge, je ne vous apprends rien si je vous dis que ce sont de véritables petits pantins qui essaient de reproduire tout ce que l’on fait !

Et chez nous, ça se passe comment ?
A la maison, on ne va pas se mentir, c’est moi qui gère la majorité des tâches ménagères. Plusieurs raisons à cela : je travaille à mon compte et seule depuis 8 ans maintenant. Du coup, j’ai du mal à faire confiance et surtout à déléguer, même quand ça concerne la maison. Et puis j’ai un mari qui se laisse un peu porter… L’addition est donc plutôt explosive !

Attention ! En aucun cas je n’accuse les hommes (y compris le mien !) de rien faire. Il y a certains foyers pour lesquels tout est très bien partagé. Et même parfois, où c’est l’homme qui gère la majorité des tâches.

J’ai donc accepté ce challenge, pour la simple et bonne raison que je ne me sentais pas capable de le laisser faire ! Et après plusieurs semaines, voici mes petits conseils si vous aussi vous souhaitez vous lancer le défi de mieux partager les tâches à la maison :

étape 1 : Faire un état des lieux

Chacun de votre côté, essayez de noter tout ce que vous faites au quotidien. Le ménage, les courses, l’administratif, gérer les enfants (si vous en avez), etc…  C’est un peu scolaire, mais n’hésitez pas à tout noter sur papier. Je vous assure que ça va vous aider, notamment à voir ce que fait l’autre et dont vous n’aviez pas forcément conscience.

étape 2 : Dia-lo-guer !

C’est une étape difficile, surtout pour celui ou celle qui est à l’initiative du défi. Il faut en effet discuter et non reprocher ! Mais c’est aussi l’étape la + importante. N’hésitez pas, chacun de votre côté, à exprimer ce que vous ressentez, et dire si vous aimez faire quelque chose ou au contraire, si vous détestez.

Par exemple, moi, j’adore faire les courses, et je ne considère pas cela comme une corvée. En revanche, je pourrais partir en courant dès qu’il s’agit d’étendre une machine !

étape 3 : Faire confiance !

Pas évident pour les control freak comme moi, mais après tout, est-ce que vraiment si grave si il n’a pas acheté la marque de liquide vaisselle habituelle ? 

Et aujourd’hui, on en est où ? 

Rien n’est encore parfait, mais on a chacun pris conscience qu’il fallait que ça change. J’essaie de lâcher du lest, et de son côté, il s’implique un peu + dans les tâches quotidiennes.
Alors oui, la route est encore longue, mais au moins, maintenant, on connaît le chemin !

Et si vous aussi vous avez envie de changement, je vous invite vivement à consulter le site https://www.enviedeplus.com/, où vous pourrez retrouver les documents présentés ci-dessus mais aussi pleins de témoignages déculpabilisants !

En collaboration avec Ariel

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.